Complainte d’automne

par Nicolas RAGOT & Nadège GIGAN

Depuis tant de temps

L’humanité vit un crépuscule

Reine des vanités ridicules

Depuis son premier printemps

L’humanité inonde

D’immondes larmes

Règne par les armes

Et ne tolère en ce monde

Que le fusil qui tonne

Et résonne

Et fait de l’automne

Son porte drapeau

De ses oripeaux

Des clairons qui sonnent

Pourtant la saison

Qui semble lui donner raison

N’est que l’otage

En aucun cas le gage

De l’espèce qui noie

La terre de sang

S’abreuve et se noie

Du sang de la terre

Raisin et raison

N’accordent leurs violons

viole, violons

En toute saison

C’est malgré toi

Que les te deum

S’entonnent

Que sur les cadavres festoie

L’humanité qui guerroie

Pleure cher automne

Des feuilles de joie

L’humanité décline

Rouge sang

L’humanité s’incline

La saison du sang

Ce n’est pas l’automne

C’est un homme