Joan Miró

(actualisé le )

MIROIR MIRO
il y a un miroir dans le nom de miro
parfois dans ce miroir un univers de vignes de
raisins et de vin

Tache solaire
jaune d’oeuf précolombien
l’oiseau tonnerre roucoule dans le lointain

Ivre déjà depuis midi
entrainant avec lui la nappe du matin
le soleil noir s’écroule dans la cave du soir

Pénombre grise et ombre déportée
rouge fracas du vert brisé

La blanchisseuse veuve qu’on appelle la nuit
surgit sans bruit
et dans le bleu de sa lessive
l’astre à Miro
l’étoile tardive
luit...

Jacques Prévert
Soleil de nuit








Ce n’est pas moi qui chante
c’est les fleurs que j’ai vues
ce n’est pas moi qui ris
c’est le vin que j’ai bu
ce n’est pas moi qui pleure
c’est mon amour perdu.

[MIRÓ] — PRÉVERT, Jacques (1900-1977). Adonides. [Paris :] Maeght, [1975].

In-folio (400 x 330 mm). Illustré de 44 eaux-fortes de Joan Miró à l’aquatinte non signées, manque ici l’eau-forte signée. En feuilles, couverture rempliée et estampée. Emboîtage de l’éditeur de toile bleue.

Tirage limité à 225 exemplaires auxquels s’ajoutent quelques exemplaires nominatifs. Un des 200 sur vélin d’Arches, celui-ci n° 24. Prévert étant décédé avant la fin de l’impression de l’ouvrage, un fac-similé de sa signature a été reproduit au justificatif à côté des signatures de Miró et de Maeght. Malet-Cramer 203.